Web et société des communs

Dans le domaine du Web et de la société des communs, je me considère comme un Web thinker. Voici quelques petites définitions pour expliquer ce que signifie pour moi ce terme :
  • web signifie littéralement toile d'araignée en anglais. La structure de ces toiles varie fortement selon le genre d'araignée. Ainsi, métaphoriquement, l'araignée tisse des liens entre plusieurs points de l'espace en fonction de l'environnement, de ses spécificités et de ses besoins;
  • Par extension, le Web incarne excellemment bien l'image de la structure réseautée et interconnectée qui sous-tend les interactions entre individus, mais aussi entre communautés (groupes d'individus ayant une caractéristique commune);
  • Le Web est bien évidemment le nom commun du World Wide Web (littéralement: toile d’araignée mondiale). Il est un espace d'information où les documents et autres ressources Web sont identifiés par des localisateurs de ressources uniformes (URL), reliés par des liens hypertextes et accessibles par Internet.
  • thinker = penseur. Une personne qui s'engage dans la pensée critique, la recherche et la réflexion sur un sujet précis dans le but de proposer une vision idéologique à un problème identifié;
  • thinker = concepteur, créateur. Une personne qui crée, invente, imagine, par une opération de l'esprit puis rend matériel ou tangible ce concept ou cette idée abstraite;
  • thinker = organisateur. Une personne qui réuni, met en lien, connecte, accompagne et rend autonome par la mise en place d'outils et de méthodes. Cette mission est très proche de la mission du bibliothécaire [Voir Qu'est-ce qu'un bibliothécaire ?].

Je me considère alors un peu comme une personne qui mènent des réflexions sur un sujet dans le but d'en élaborer une vision théorique qui sera ensuite conceptualisée et rendue concrète par la mise en place ou la création d'outils et des méthodes claires et simples. J'applique principalement ces réflexions dans tout ce qui touche au réseau d'objets et aux communautés. Pour y parvenir, mes outils de prédilection sont le Web (World Wide Web) et la bibliothèque [Voir Qu'est-ce qu'une bibliothèque ?].

D'une société à l'autre

Cette activité de "Web thinking" se déroule dans une société encore majoritairement basée sur les reliquats de la société industrielle. Mais doucement, celle-ci se transforme vers une société post-industrielle, plus précisément vers la société de la connaissance tout en vivant les prémices de la société des communs.

Société industrielle

Société basée sur l'utilisation de la technologie qui permet la production de masse, le schéma pyramidal, la division du travail et la propriété privée.

Société de la connaissance

Société basée sur la connaissance (knowledge society) fonctionnant en réseau, de manière horizontale où de nouveaux types de propriété, d'agrégation et de diffusion se créent.

Société des communs

Société fondée sur les communs (air, eau, espaces publics, santé publique, services publics, Internet, ressources culturelles, etc.) en les valorisant, les protégeant et les gérant au profit de tous.

Je souhaite…

1

Une société basée sur les communautés et les communs

  • Organisation de la société en une multitude de petites communautés reliées entre elles par un réseau fort
  • Déveppement des communs : ressources partagées par les membres d'une communauté d’utilisateurs et cogouvernées selon les règles et les normes établies par ces communautés.
  • Co-créations, échanges, discussions et rencontres autour des ressources, passions et intérêts communs
  • Diffusion ouverte des ressources créées par la communauté sous licences libres
  • Un point d'accès en unique aux ressources de la communauté
  • Respect fondamental du point de vue et de la culture de toutes communautés
2
Des organisations opales
  • Auto-organisation des organisations en équipes autonomes et réseautées selon les intérêts et compétences de chacun.
  • Intégrité des équipes: un environnement dans lequel chacun peut être soi-même avec toutes ses facettes.
  • Une raison d’être commune, mais évolutive : écoute de ce que l'organisation et sa communauté souhaitent devenir. Écoute-réponse plutôt que prévision-contrôle.
3
Le Web: un outil libre, universel et décentralisé
  • Un Web libre et sans censure → neutralité du Web
  • Un Web décentralisé → chacun est propriétaire de ses données, pas de duplication et un pouvoir distribué
  • Un web ouvert → des ressources réutilisables, libres et interopérables
  • Un Web universel → un bien commun, accessible et cogéré par tous

Pour y arriver…

Le Web

Des applications web basées sur:

  • REST API/GraphQL
  • Headless CMS
  • Social linked data (Solid)
  • Structured data: RDFa, Microdata and JSON-LD
  • Native web technologies: HTML/CSS/JS
  • UI/UX Design

La Bibliothèque

La bibliothèque est un outil faisant partie de l’institution ou de la communauté à laquelle elle appartient ayant sa propre raison d’être. Dans cette vision, les bibliothèques organisées en réseaux de réseaux seront les outils qui permettront d’agréger l’information et les ressources, de mettre à disposition l'infrastructure, la connaissance et la culture et de créer du lien entre les communautés.

Méthodes de conception

  • Design sprint
  • Design thinking
  • Community organizing

Modèles d'organisation

  • Organisations opales
  • P2P
  • Open Co-operativism
  • Open Platform
  • CopyFair licenses et Creative Commons licenses