Synthèse et recommandations générales

par Michael Ravedoni

Après avoir défini la bibliothèque du XXIe siècle à travers son étymologie, ses chartes, ses cadres légaux ainsi que ses missions, pris connaissance des tendances et bouleversements susceptibles de se produire dans le monde informationnel, puis après avoir présenté différents modèles et visions de bibliothèques, il est temps de faire une petite pause. Les bouleversements évoqués au chapitre 4, demandent aux bibliothèques du XXIe siècle de relever certains défis. Nous tenterons d’en synthétiser l’essence. Puis, en piochant dans les modèles et les visions présentées aux chapitres 5 et 6, nous classerons les éléments les plus importants par thèmes. Avec ce petit intermède, nous proposons une synthèse, qui fera office de recommandations générales.

Bibliothèques du XXIe siècle

La bibliothèque ne représente pas la même réalité pour tout le monde. Selon l’époque et la profession, le mot désigne une institution, une collection d’objets, un meuble contenant des livres ou un lieu réservé aux livres. Afin d’amener de la clarté pour le XXe et le XXIe siècle, les chartes internationales, notamment de l’UNESCO et de l’IFLA, ont pour but de définir la bibliothèque et ses missions. Ces chartes comblent également le vide potentiel en termes de vision et de coordination nationale des bibliothèques. C’est le cas en Suisse où il n’existe aucun consensus sur la question. Les missions traditionnelles développées au XXe siècle, véhiculées par les chartes et les cadres légaux existants : agréger l’information, mettre à disposition et créer du lien — constituent des bases solides pour les défis qui attendent les bibliothèques au XXIe siècle.

Défis pour les bibliothèques du XXIe siècle

Nous entrons dans la société post-industrielle et plus précisément dans la société de la connaissance. En même temps, certains membres de notre société sont encore calqués sur une vision industrielle du monde et d’autres esquissent déjà une vision future : la société des communs. Il est donc nécessaire que la bibliothèque s’adapte à cette évolution, mais aussi au paradigme de ces visions parallèles coexistantes. La société de l’information accélère la dématérialisation des supports et la désintermédiation entre les acteurs traditionnels. De plus, elle va probablement à la fois élargir et restreindre l’accès à l’information, permettre de nouvelles formes d’apprentissage moins rigides et plus ouvertes, poser la question de la protection des données, permettre à de nouvelles voix de s’exprimer et transformer l’économie de manière globale. Nous pouvons alors croire que la bibliothèque a besoin d’être révolutionnée. Ce n’est pourtant pas le cas. Elle a simplement besoin d’une vision nouvelle, d’un regard neuf qui se fait au travers du prisme des opportunités qu’offre le XXIe siècle, et cela, sur la base des missions, normes et pratiques traditionnelles élaborées au XXe siècle.

Pour ce qui est de la synthèse des chapitres 5 et 6, nous la présentons sous forme de recommandations. Nous les avons classées par thèmes: vision, espaces, apprentissage et connaissance, mise à disposition, accès et compétences.

Vision

  1. Adopter la vision de la bibliothèque comme :
    1. un outil créé conjointement par la communauté et les bibliothécaires à laquelle elle appartient ;
    2. un espace physique ou virtuel intégré dans l’espace public dédié à l’inspiration, la découverte et à l’apprentissage permettant le partage à l’intérieur et à l’extérieur de la communauté ;
    3. un espace motivant les membres de la communauté à s’impliquer dans la bibliothèque en leur laissant la possibilité d’exprimer leurs passions et leur expertise à travers l’échange, la conversation, le partage et le débat ;
    4. un outil faisant partie de l’institution ou de la communauté à laquelle elle appartient ayant sa propre raison d’être et dont les bibliothécaires occupent une mission particulière : améliorer la société en facilitant la création de connaissances dans leurs communautés.
  2. Concevoir le public, les usagers ou les clients non plus comme des éléments à catégoriser pour mieux les servir, mais comme des individus indépendants et entiers faisant partie d’une toile de communautés. Ils sont à accompagner et à comprendre afin de faciliter la cocréation de leur société par l’intermédiaire de l’outil-bibliothèque ;
  3. Changer l’appellation des clients, usagers ou lecteurs en membres de la communauté ;
  4. Axer non plus l’activité et la mission principale de la bibliothèque sur les collections, mais sur la communauté à laquelle elle appartient : la communauté devient la collection.

    Espaces

  5. Concevoir la bibliothèque comme un troisième-lieu, un socle nécessaire pour la création d’espacesIci, espace n’est pas à comprendre au sens d’espace délimité spatialement, mais comme des concepts qui emplissent un espace physique ou virtuel. du vivre ensemble, de débats et de partages : la bibliothèque agora.
  6. Soutenir l’expérience, l’implication, l’autonomisation et l’innovation des membres de la communauté par la création de quatre espaces dédiés : inspiration space, learning space, meeting space et performative space — qui peuvent s’entremêler les uns aux autres.
  7. Créer des espaces qui facilitent la création de connaissances dans un environnement exempt de censure et de jugement où l’on se sent libre de participer et de contribuer.
  8. Assurer à la fois la présence d’espaces de travail silencieux, d’espace de rencontres formels (débats) et informels (rencontres fortuites) « bruyants » et d’espaces vitrines, d’imagination ou d’exposition.

    Apprentissage et connaissances

  9. Développer chez les membres les compétences de lecture, compétences informationnelles (information literacy), compétences informatiques (IT literacy) et compétences sociales (communication, résolution de conflit), la pensée critique et la faculté à résoudre des problèmes.
  10. Soutenir l’apprentissage formel et informel du membre en cherchant à comprendre son niveau de connaissance et le but qu’il souhaite atteindre, tout en proposant la manière la plus adéquate d’y parvenir: autodidaxie, jeu, étude, expérience physique ou virtuelle, débats ou partages.
  11. Établir et favoriser la création de liens et de connexions entre les membres et l’information (accès), entre les membres eux-mêmes (échanges et cocréation), entre la bibliothèque et la communauté (partenariats et collaboration) et entre les informations (métadonnées, API).
  12. Favoriser la création de systèmes permettant la création, la cocréation et le partage des ressources, l’échange des idées et la discussion dans le but d’apprendre et de partager ses connaissances : une bibliothèque plateforme.
  13. Soutenir la création de ressources et de contenus par les communautés en offrant la possibilité de les diffuser sous licences ouvertes.
  14. Motiver l’apprentissage des membres en leur permettant d’exprimer les passions et les expertises qu’ils possèdent, en les invitant à participer et à s’impliquer dans la vie et le processus de création de leur bibliothèque.

    Mise à disposition

  15. Mettre à disposition des membres de la communauté les outils et l’infrastructure de la bibliothèque, mais également l’expertise des bibliothécaires pour aider, accompagner et débloquer les compétences et les connaissances qu’ils demandent d’acquérir.
  16. Donner accès à tout ce que la bibliothèque possède et produit (publications, données, collections, métadonnées, enquêtes, etc.) de manière ouverte en permettant la participation et l’implication de la part des membres. 17.Passer d’une logique de prêt des ressources à une logique de partage des ressources.
  17. Conclure des partenariats en vue de stimuler la création de projets et de créer des liens avec les institutions culturelles, éducatives, scolaires, sociales, les entreprises locales, les sociétés civiles, les plateformes numériques et les services en ligne. Accès
  18. Étendre les horaires d’ouverture plus largement : lorsque le premier employé arrive sur les lieux (bibliothécaire, concierge, restaurateur, etc.) jusqu’à la dernière activité organisée dans les locaux de la bibliothèque (restaurant, conférence, projection de film, ateliers, réunion d’association, etc.). La présence des bibliothécaires n’est pas constamment nécessaire, des plages horaires seront dédiées pour les services de référence ou le prêt.
  19. Veiller à ce que l’offre digitale s’intègre dans l’offre physique et vice-versa de manière complémentaire et cohérente. Veiller également à ce que l’accès virtuel (site web ou catalogue) reflète la réalité des activités survenant dans les espaces physiques. 21.Créer un point d’accès virtuel unique à toutes les ressources qu’offre la bibliothèque: livres, articles, ressources audiovisuelles, expertises de la communauté, e-learning, enquêtes réalisées, services de questions-réponses et métadonnées. Compétences 22.Tenir compte des évolutions et des changements survenant dans les communautés à laquelle la bibliothèque appartient – après avoir recensé l’ensemble des communautés et des sous-communautés existantes.
  20. Concevoir le métier de bibliothécaire comme un facilitateur et un accompagnateur plutôt qu’un déverseur de compétences et ou un prescripteur de savoirs. 24.Mettre à jour les compétences des bibliothécaires en matière de nouvelles technologies, de pédagogie, d’accompagnement et de compétences relationnelles. Leur donner également les clés pour comprendre, suivre et s’adapter aux changements et à l’évolution des technologies. 25.Lors de la création de projets ou de leurs applications, adopter une attitude ouverte, participative, créative et audacieuse tout en apprivoisant la peur de se tromper et de l’erreur — cela arrivera nécessairement.

Ces recommandations offrent un aperçu du chemin, parfois simple, parfois difficile que peut accomplir la bibliothèque afin de suivre l’évolution de la société dans laquelle elle évolue. Nul besoin de réinventer la roue, les chartes à portée internationale ont bien été pensées et proposent encore aujourd’hui une vision globale et actuelle des bibliothèques. Les missions traditionnelles n’ont pas besoin d’être remplacées, mais simplement complétées ou, du moins, réinterprétées à travers le prisme de la société du XXIe siècle. Il s’agit donc plutôt d’une évolution des missions et de la vision de la bibliothèque que d’une révolution.

Néanmoins, il est tout de même nécessaire que les bibliothèques s’adaptent et agissent. Il s’agit alors de ne plus uniquement se focaliser sur le triplet description- conservation-diffusion, mais d’également ouvrir ses espaces à la communauté à laquelle elle appartient. Il faut alors trouver un équilibre entre l’adoption de nouveaux modèles et le maintien des fonctions traditionnelles pour servir les publics existants sans pour autant imiter « les formes commerciales de diffusion du livre et des médias » qui profitent des opportunités du marché à des fins purement lucratives.

← New librarianship de David Lankes Modèle – Bibliothèque plateforme →