Danish Agency for Library and Media

par Michael Ravedoni

Le Danemark est un pays où les bibliothèques sont bien ancrées. Elles s’organisent de manière à impliquer le citoyen et construire de nouvelles initiatives cohérentes et globales (Thorhauge, 2018). Cependant, le pays ne fait pas exception aux bouleversements de la société de la connaissance. Nous l’avons évoqué dans la section 5.2 sur le Four spaces model, suite à une réforme sur la structure municipale, le Committee on the Public Libraries in the Knowledge Society fut chargé d’évaluer la situation et de proposer des solutions (Niegaard, 2011). Les recommandations du comité sont divisées en cinq catégories : les bibliothèques ouvertes (Open libraries), l’inspiration et l’apprentissage, la bibliothèque numérique danoise, les partenariats et le développement des professionnels (Danish Agency for Library and Media, 2010).

Bibliothèques ouvertes (Open libraries)

Le terme d’Open libraries signifie à la fois l’étendue des horaires d’ouverture et une ouverture plus grande vers des publics plus diversifiés. Des horaires d’ouverture plus larges impliquent souvent une augmentation des ressources humaines et donc une augmentation du budget. Cependant, le comité propose un modèle qui permet l’ouverture de la bibliothèque en libre-service, sans personnel, en dehors des heures d’ouverture normales. Ainsi, les citoyens ont accès à la bibliothèque du matin au soir, par exemple, grâce à un code-barres et un NIP à l’entrée. Dans certaines collectivités locales, ce mode de fonctionnement a permis de revitaliser la bibliothèque à moindre coût. Dans le village de Gilleleje, la bibliothèque est ouverte « à partir de 7h du matin, lorsque le personnel de ménage arrive, jusqu’à la fin du dernier film, de la dernière réunion ou du dernier atelier » (Thorhauge, 2018) organisé par les associations locales — ou au plus tard à 22h, à la fermeture du restaurant.

Open libraries signifie aussi s’ouvrir à d’autres publics, créer de nouveaux services et s’intégrer à d’autres types d’institutions. Cela se traduit par la mise en place d’offres différenciées selon les publics : activités, forums, débats, partenariats avec des artistes et des auteurs locaux, partenariats avec des institutions locales, etc. La bibliothèque est alors utilisée pour autre chose que l’emprunt de ressources.

Inspiration et apprentissage

La bibliothèque, par son caractère ouvert, informel et gratuit, offre une possibilité unique d’atteindre les publics ayant des difficultés par rapport à l’apprentissage formel. En concluant des partenariats avec les associations concernées, et les établissements scolaires, il est possible d’améliorer, de manière ciblée, les publics qui se sentent laissés de côté par le cursus traditionnel. La bibliothèque doit également aider les citoyens à acquérir les compétences fondamentales en matière d’informatique (IT skills), d’information (information literacy) et en lecture. Des partenariats avec les écoles et les associations liées à l’apprentissage, permettent d’assurer une exploitation optimale des ressources pédagogiques afin d’assurer au citoyen la possibilité d’apprendre tout au long de sa vie (lifelong learning).

Bibliothèque numérique danoise (The Danish Digital Library)

Afin de réduire les coûts et d’optimiser la visibilité des plateformes que chaque bibliothèque développe de son côté, le comité recommande la création d’une Bibliothèque numérique nationale qui offre (Thorhauge, 2010) Traduction libre. Citation originale : […] the recommendation is that an organisation be established across state and municipalities, which will be responsible for developing a national digital library with one access to text, sound, images, games, inquiry services, communities and e-learning. The content must be accessible from all relevant platforms, computers, mobile phones, iPods etc. The library must at national, and possibly also international, level handle licenses for Internet resources that are deemed essential in a public service concept. Finally, access to digitised cultural heritage must be integrated. :

un accès au texte, au son, aux images, aux jeux, aux services d'enquête, aux communautés et à l'e-learning. Le contenu doit être accessible depuis toutes les plateformes, ordinateurs, téléphones mobiles, iPod, etc. La bibliothèque doit, au niveau national, voire international, gérer les licences de ressources Internet jugées essentielles dans un concept de service public. Enfin, l'accès au patrimoine culturel numérisé doit y être intégré.

Pour ce faire, une coordination en matière d’infrastructure est nécessaire, mais pas seulement. L’acquisition du matériel numérique doit se faire en commun ou en consortium en créant des catalogues de métadonnées et de ressources partagées. De plus, des partenariats entre bibliothèques publiques et académiques sont primordiaux afin d’inclure le plus grand nombre de ressources à partir d’un seul point d’accès. Enfin, le matériel créé par la communauté et les scientifiques doit être mis à disposition gratuitement via des licences ouvertes comme les Creative Commons.

Partenariats

Le comité recommande aux bibliothèques d’établir systématiquement des partenariats afin de créer une multitude d’offres, que ce soit dans le secteur public, dans le business (entreprises) ou dans la société civile (Danish Agency for Library and Media, 2010) Idem. Citation originale : This concept requires both another prioritisation and a change in the organisation of the work in the library. It is precisely here that it is possible to change the collection and product-oriented library into an innovative force, building on community spirit and using knowledge and culture resources as building bricks..

Ce concept nécessite à la fois un changement dans les priorités et un changement dans l'organisation du travail dans la bibliothèque. C'est précisément ici qu'il est possible de transformer la bibliothèque-collection et axée sur les produits en une force d'innovation, en s'appuyant sur l'esprit communautaire et en utilisant le savoir et la culture comme des briques de construction.

Les partenariats sont des accords contractuels mutuels entre la bibliothèque et une autre partie qui posent le cadre d’une collaboration bénéfique aux deux parties. Un partenariat peut être conclu avec des :

  • Institutions culturelles (bibliothèques, ludothèques, musées, opéras, théâtres, salles de concert, etc.) ;

  • Institutions éducatives et scolaires : Écoles primaire, secondaire et tertiaire, associations des parents, associations de quartier, etc. ;

  • Institutions sociales : centres de requérants, associations d’aide à la naturalisation, centres d’aide, hôpitaux, centres de soins, etc. ;

  • Entreprises privées locales : entrepreneurs, grandes entreprises, indépendants, corporations, associations d’entraide, associations professionnelles, etc. ;

  • Société civile : sociétés locales, sociétés sportives, sociétés d’intérêt public, fondations, citoyens, retraités, etc. ;

  • Plateformes numériques et services en ligne.

Tous ces partenariats potentiels ouvrent une multitude d’offres, d’activités et de projets qu’il n’était pas possible d’imaginer auparavant. Les partenariats permettent :

  • de faire connaître la bibliothèque et de faire venir des publics peu habitués ou non conscients de son potentiel et des possibilités qu’elle offre ;

  • d’étendre son réseau avec les autres bibliothèques et avec la société civile et les communautés locales ;

  • de créer des services publics plus efficaces et plus cohérents basés sur les besoins des usagers ;

  • de stimuler la bibliothèque pour le développement de projets, de services et d’activités innovants et dynamisants ;

  • de mettre à disposition les locaux et l’infrastructure qu’offre la bibliothèque ;

  • de développer un rôle de lien entre l’administration et les citoyens — dans le cas de partenariats avec les administrations (informations, débats, soutien, etc.) ;

  • de repenser l’organisation de la bibliothèque à la fois dans sa gestion interne, dans les espaces physiques et dans les espaces virtuels.

Les bibliothèques peuvent être perçues comme des partenaires attractifs pour les autres parties. En effet, elles ont de larges heures d’ouverture (généralement), sont gratuites (ou supportées par la collectivité), sont accessibles à un large public, sont reconnues pour leur sérieux, leur neutralité et leur intégrité et ont à leur disposition des infrastructures et des collections souvent très attrayantes.

Développement professionnel

Afin de garantir le rôle qu’elles ont à jouer dans la société de la connaissance, les bibliothèques se doivent d’avoir un personnel qualifié et formé aux enjeux qui l’attendent. D’ailleurs, si elles souhaitent transmettre certaines compétences à leurs usagers, il est nécessaire que les bibliothécaires les possèdent eux-mêmes : en informatique, au niveau de l’adaptation aux nouvelles technologies, en matière de pédagogie, en compétences relationnelles et de dialogue, en marketing et en médiation. Ces compétences peuvent être acquises au cours de formations ou sur le terrain.

Les bibliothèques travaillent depuis de nombreuses années au réajustement de base de leurs offres. Cela ne suffit plus, il faut maintenant agir afin de proposer une nouvelle vision à travers des stratégies puissantes et innovantes qui se reflètent à travers une organisation interne et des offres de services adaptés aux usagers et au futur. À Jens Thorhauge, ancien directeur de la Danish Agency for Libraries and Media et consultant indépendant, de conclure (Thorhauge, 2010) Traduction libre. Citation originale : In the knowledge society the library must have several strings to its bow: the inviting, inclusive and inspiring library space with a broad spectrum of inspiration and learning activities, the highquality comprehensive digital library and being on the spot right where people are with an attractive offer. :

Dans la société de la connaissance, la bibliothèque doit avoir plusieurs cordes à son arc : un espace de bibliothèque accueillant, inclusif et inspirant avec un large éventail d'activités permettant l'inspiration et l'apprentissage, une bibliothèque numérique globale de haute qualité et une capacité à être là où les gens se trouvent en leur proposant une offre attrayante.
← Netherlands Institute for Public Libraries New librarianship de David Lankes →