Netherlands Institute for Public Libraries

par Michael Ravedoni

The Netherlands Institute for Public Libraries (SIOB), rattaché depuis 2015 à la Bibliothèque nationale néerlandaise, a dessiné en 2014 la vision des bibliothèques publiques pour l’horizon 2025. Le SIOB a fait le pari que la société de l’information a de l’avenir devant elle. Le cœur de sa proposition pour le futur est de stimuler, soutenir, faciliter et équiper la population avec ce dont elle a besoin afin d’être capable de participer et contribuer à la société moderne de la connaissanceTraduction libre. Citation originale : […] stimulating, supporting, facilitating and equipping people with what they need to be able to participate in and contribute to the modern knowledge society. (Cohen et al., 2014, p. 37). Pour ce faire, le rapport propose aux bibliothèques de : contribuer à la société de la connaissance, assurer un rôle socioculturel, passer du mode collections au mode connexions, intégrer le numérique au physique, être sensibles aux particularités locales et adopter une approche proactive et innovante.

Contribuer à la société de la connaissance

Dans le but d’aider la population à contribuer et comprendre la société de la connaissance dans laquelle elle vit, les auteurs recommandent de (Cohen et al., 2014, p. 37‑41) :

  • Stimuler la lecture et le plaisir de lire : la lecture est au centre de la société de la connaissance : 80% du travail est lié à la lecture et à l’écriture. De bonnes compétences linguistiques et de lecture sont essentielles à l’apprentissage, à l’élaboration du langage et à la détente. La lecture stimule l’imagination et la créativité tout en permettant la compréhension du monde et l’identification à des personnages et symboles de fiction.

  • Lutter contre l’analphabétisme : en s’associant aux centres de chômage, aux centres de réfugiés, aux centres sociaux et d’intégration, la bibliothèque peut réduire l’analphabétisme.

  • Fournir des conseils et un soutien pour les compétences informationnelles : l’expertise des bibliothèques en matière de recherche, de sélection et de validation de l’information est nécessaire et doit être transmise à la population afin qu’elle puisse traiter correctement la masse d’informations à laquelle elle fait face quotidiennement.

  • Contribuer au développement et à la diffusion des connaissances : dans une société de la connaissance, les compétences informationnelles ne suffisent pas. Il est nécessaire que la bibliothèque aide au développement des compétences en matière de pensée critique, de travail d’équipe, de communication, de créativité et de résolution de conflits. Pour ce faire, l’apprentissage tout au long de la vie est essentiel. La bibliothèque doit encourager le développement personnel, l’apprentissage non formel (en dehors de l’école, mais au sein d’une institution) et l’apprentissage informel (en dehors d’un cadre). Pour ce faire, l’échange et le transfert des connaissances et de l’information sont les bases nécessaires pour l’autoapprentissage : mise à disposition de ressources et création d’ateliers stimulant la cocréation et la coopération (Cohen et al., 2014, p. 50).

Assurer un rôle socioculturel

Avec le Web, les connaissances et le savoir transitent de moins en moins de manière verticale, mais de plus en plus en réseau. C’est pourquoi nous croyons souvent à tort à la disparition physique des bibliothèques, bien que l’expérience montre que la fréquentation des lieux augmente. Ce succès vient du fait que les bibliothèques sont facilement accessibles, non marchandes, neutres et dignes de confiance. Trois propositions permettent de perpétuer ce succès (Cohen et al., 2014, p. 41‑44) :

  • Espace de travail et d’apprentissage : les lieux de travail et de calme équipés et confortables sont indispensables. De plus, des espaces d’expérimentation avec des équipements technologiques modernes sont nécessaires dans une économie de la connaissance où « le développement est partiellement déterminé par l’innovation technologique ».

  • Espace de rencontres : la bibliothèque devrait devenir une « agora d’aujourd’hui » où le public va et vient comme il le souhaite, où toutes sortes d’activités se déroulent : un troisième lieu (voir section 5.1).

  • Participation communautaire et citoyenneté active : en organisant des débats publics sur les problèmes et tendances locales du moment, la bibliothèque incite la population à s’intéresser, à se responsabiliser puis à proposer des solutions ou contribuer à l’amélioration de la communauté locale par l’élaboration de nouvelles idées.

Passer du mode collections au mode connexions

Le partage des connaissances, les synergies entre les individus et les communautés, la créativité et l’innovation deviendront de plus en plus présents dans la société de la connaissance. Dans ce contexte, la bibliothèque facilitera les échanges et la coopération en passant d’une logique d’accès aux collections à une logique de création de connexions. Les connexions se feront (Cohen et al., 2014, p. 45‑49) :

  • Entre les personnes et l’information : la bibliothèque comme passerelle de connaissances. C’est le rôle traditionnel des bibliothèques : mettre à disposition de l’information aux publics à travers ses collections. Comme le Web est une collection plus grande que celle de la bibliothèque, il est nécessaire que les bibliothèques offrent des services adaptés, et jouent un rôle de conseil et d’inspiration pour leur public.

  • Entre les personnes: la bibliothèque en tant que plateforme. La création de connaissances est un processus social issu de la conversation et de l’interaction (voir section 6.3). Ainsi, « la bibliothèque peut devenir une plateforme d’apprentissage social où les gens, soutenus par les ressources de la bibliothèque, peuvent échanger des idées, travailler ensemble, discuter, négocier et cocréer ».

  • Avec et au sein de la communauté : la bibliothèque dépend des liens qu’elle établit avec son public et avec sa/ses communautés locales. Elle doit aussi encourager la coopération entre ces communautés : écoles, radios, centres de réfugiés, centres d’intégration, centres culturels, garderies, office du tourisme, etc.

  • Connexions entre les sources d’information : la bibliothèque doit permettre la création de liens entre les informations elles-mêmes. Elle peut lier ses collections à des ressources externes de haute qualité (linked open data) ou simplement contextualiser le contenu de ses propres collections (folksonomie, évaluation, liens internes vers des ressources créées par la communauté, correction de métadonnées, etc.).

Intégrer l’offre digitale à l’offre physique

Bien que l’utilisation des ressources digitales soit en constante augmentation, les ressources physiques ne sont pas près de disparaître. La bibliothèque doit faire en sorte que l’offre digitale complète l’offre physique, et vice-versa. La bibliothèque physique devrait être immergée dans le monde numérique afin de stimuler et inspirer le public pour l’ouvrir à d’autres perspectives qu’il ignore. En complémentarité, la bibliothèque numérique devrait l’inviter à prendre part physiquement à ses activités. Il est alors primordial que les services et ressources soient synchronisés sur les deux canaux.

Être sensible aux particularités locales

La bibliothèque se doit d’être flexible, réactive en examinant constamment la situation actuelle, en permettant les ajustements anticipant les évolutions technologiques et les innovations sociétales. Elle se doit aussi de comprendre et connaître ses publics et ses particularités locales afin de s’intégrer au mieux à sa propre communauté.

Adopter une approche proactive et innovante

Les bibliothèques qui réussissent sont « alertes, créatives, audacieuses, convaincantes », développent un sens du marketing, recherchent des soutiens financiers, construisent leurs propres réseaux, concluent des alliances sociales et sont ouvertes aux demandes du grand public ainsi qu’aux opportunités du marché (Cohen et al., 2014, p. 56). Le développement rapide des technologies de l’information et de la communication qui permettent la mise en réseau des communautés, permet l’apprentissage et la recherche d’information en dehors des bibliothèques. C’est pourquoi (Cohen et al., 2014, p. 12) Traduction libre. Citation originale : The library of the future will therefore need to focus more on creating, stimulating and facilitating useful connections. More than ever before, people can learn and study by themselves and at home, as they can find everything they need on the World Wide Web. The library will supplement this, and become a social learning platform where people -- supported and stimulated by the resources available -- can work and study together. Visitors to the library will come to learn and share knowledge. :

La bibliothèque du futur devra se concentrer davantage sur la création, la stimulation et la facilitation de connexions utiles. Plus que jamais, les gens peuvent apprendre et étudier par eux-mêmes et à la maison, car ils peuvent trouver tout ce dont ils ont besoin sur le Web. La bibliothèque complétera cela et deviendra une plateforme d'apprentissage social où les gens — soutenus et stimulés par les ressources disponibles — pourront travailler et étudier ensemble. Les visiteurs de la bibliothèque viendront apprendre et partager leurs connaissances.

Dans un contexte social local, le succès futur de la bibliothèque dépend uniquement des liens qu’elle sera capable de créer avec et entre les individus, entre les communautés locales et entre les acteurs économiques et publics. La bibliothèque physique complétera l’offre de la bibliothèque numérique par un enrichissement mutuel. Ainsi, à l’image de la bibliothèque en tant que plateforme (voir section 5.3) (Cohen et al., 2014, p. 13) Idem. Citation originale : The library will form a hub in which much of this knowledge comes together, is actively shared and further developed. The library will be a present-day agora -- a modern socio-cultural marketplace -- the beating heart of the community. It will distinguish itself from other meeting places by its easily-accessible, non-commercial character. Its physical location will give it socio-cultural value in cities, towns and villages, and ensure that it makes a real contribution to a sense of community and cohesion. :

[l]a bibliothèque formera une plaque tournante dans laquelle une grande partie des connaissances sera rassemblée, activement partagée et développée. La bibliothèque sera une agora d'aujourd'hui — un marché socioculturel moderne — le cœur battant de la communauté. Elle se distinguera des autres lieux de réunion par son caractère facilement accessible et non commercial. Son emplacement physique lui conférera une valeur socioculturelle dans les villes et les villages, et fera en sorte qu'elle apporte une réelle contribution au nom de la communauté et de la cohésion.
← Library as platform Danish Agency for Library and Media →